Micky Clément – Waiting Period

Waiting Period est une série qui émane d’une expérience circonscrite dans un espace-temps. Un peu comme dans un scénario, l’action se situe à Miami, au crépuscule. Là, le photographe a élu son point d’attache et saisi chaque nuit, le vent violent dans les hauteurs des palmiers. Rejouant à son tour la figure romantique de l’homme face à la nature, inquiétante et fantastique. Se lever sur une terre inconnue, avant que le soleil n’inonde de sa lumière une ville pleine de clichés, ce fut le désir de celui qui voulait éviter à tout prix de consigner une énième fois, comme tant d’autres l’avaient fait, des clichés vivants ; symboles d’une opulence, fastes urbains, cylindrées rutilantes, femmes peroxydées assommées et défigurées par leur richesse. Il fallait, à rebours, écorner et détourner le mythe. Trouver un coin de nature dans la ville. Lui donner des contours inconnus. Planter un décor. Il n’eut pas à le fabriquer et tomba nez-à-nez avec lui au petit matin dans cette nuit noire et pleine qui convoque puissamment le cinéma de David Lynch et possède une teneur dramatique saisissante. Cinématographiques, ces images ont également un vêtement pictural. Ses grands formats, notamment, laissent apparaître de larges aplats qui rappellent de loin en loin la technique du sfumato avec ici ou là des zones floues, vaporeuses, lisses et transparentes qui appellent une réalité peinte.

 Léa Chauvel-Lévy



Comments are closed.